Padre Para Commando Belge ancien de Corée 1914 /2008

 Pourquoi le Padre Vanderghoten ?

Je voulais lui rendre hommage car, il a été sur ma route pendant mon service militaire 70. Il m'a souvent encouragé .....Motivé...et même défendu. Car c'est vrais,  j'ai été le souffre douleur privilégié d'un Chef dont je terRrer le nom ....Merci Padre

Merci pour les photos de dievers amis ainsi que de Bob Schils anciens SAS et Corée.

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten  

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten 

coree 1942 padre vandergoten  coree 1942 padre vandergoten 

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten 

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten  

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten  

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten  

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten 

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten 

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten 

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten 

coree 1942 padre vandergoten Padre ancien de Corée SAS 53 coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten

Padre ancien de Corée SAS 53 coree 1942 padre vandergoten

coree 1942 padre vandergoten Padre ancien de Corée SAS 53

coree 1942 padre vandergoten coree 1942 padre vandergoten
 

coree 1942 padre vandergoten parachutiste-belge-1954-2-1.jpg PADRE-VANDER-GOTEN-1.jpg 

     padre-vander-goten-parachutiste-belge-1954-2.jpg 

padre-vander-goten-parachutiste-belge-1954-3.jpg manoeuvre-et-messe

Padre pierre vander goten Padre pierre vander goten Padre pierre vander goten 

Padre pierre vander goten  Padre pierre vander goten

Padre : Habituez-vous à être un rayon de soleil ambulant, efforcez-vous de semer la joie et le rire autour de vous. Soyez a l’affut du plaisir à faire et du service à rendre. Et rendant tout le monde “ HAPPY “ vous en serez vous-même heureux..MAKE EVERYBODY HAPPY..HAPPY..HAPPY..Même si le “ BODY “ en question est embêtant..Rendez-le happy .Ce sera votre “ KEEP SMILLING “ ..PADRE.

                               Une grande figure nous quitte...

                                                    Un para ne meurt jamais il remonte au ciel

   

PADRE-VAN-DER-GOTEN.jpg VANDER-GOTEN--2.jpg

Qui était le Padré ? Le Padre Pierre Vander Goten fut ordonné prêtre le 18 avril 1938. Il fut successivement professeur au collège St Louis de Bruxelles aumônier au 1er Bataillon de Carabiniers Prince Baudouin, résistant, aumônier du Régiment Parachutiste S.A.S. Belge, aumônier du Bataillon Belge en Corée, retour chez les parachutistes au 1er Bataillon, aumônier de la gendarmerie jusque sa pension en 1979. Pensionné il fut curé faisant fonction et aumônier des mouvements de jeunesse de Linkebeek. A 93 ans il campait encore avec ses scouts. Le Padre nous a quittés en février 2008 dans sa 94me année.
Le Padre Vander Goten restera toujours dans le souvenir de ceux qui l’on connu comme un homme et un prêtre hors du commun. J’ai eu la chance de connaître cet homme exceptionnel comme aumônier au 1er Bataillon Para en 1961.

         Des vétérans qui l'ont bien connu ....Jeff Verlinden - Bob Schils

     Jeff  Vanderlinden 1954   coree-para-belge-2.jpg Congo et la Corée    1950 KOREE

jeff-para-2.jpg jeff-vanderlinden parachutiste 54

 PARACHUTISTE 54 jeff-vanderlinden MARCHE LES DAMES

                 Bazouka américain, il avait un canon sans recul, jamais vu en belgique

jeff-vanderlinden-6.jpg CONGO PARA

 Parachute de type x, pas de reserve dans le kid bag un mortier 2pouces plus 4 bombes et munitions dans le petit sac des vivres pour 2 jours le k b est attache a la jambe il doit etre largue avant le sol si pas largue egale jambe cassee

jeff-vanderlinden-5.jpg jeff-vanderlinden-4.jpg

                                                                                                                                     Coreé 1952  1953

camp-commando-classe-1946-lieutenant-gregoire cie-a-2em-peloton-1er-section-1952-1953

Camp Commando cl 1946 Lieutenant Grégoire et Moi Cie a 2ème Pel 1er section 52 /53

parachutiste-belge-c130-saut-2.gif -sortie-du-c-119.jpg

                                                                                              Sortie C119 

                       cpl-moens-lieut-renkin-cpl-hoyaux-1sgt-renwart-sgt-pire-sgt-renouprez-cpl-gally-sgt-jeff.jpg

A P Gauche Cpl Moens Lieut Renkin Cpl Hoyaux 1Sgt Renwart Sgt Pire Sgt Renouprez Cpl Gally Sgt jeff

jeff-vanderlinden-3.jpg jeff-vanderlinden-2.jpg

                                                Le premier de droite est un ancien de Corée egalement

jeff-vanderlinden-1.jpg jeff-vanderlinden-15.jpg 

                        Dans un village Lovoy                      Classe 1946 2 ème troupe

le-brouillard-du-matin-1952-1953-coree-moins-40-degres Coree-1952-1953

Le brouillard du matin 1952 1953 Corée (- 40°)              Corée 1953

jeff-vanderlinden PARA 54   jeff-vanderlinden-12.jpg 

        Repas de brousse crêpe ou manioc  

          jeff-vanderlinden-11.jpg                       jeff-vanderlinden-10.jpg

                                                                                 Corée 1952   1953  

     jeff-vanderlinden-9.jpg              jeff-vanderlinden PARA 54

                             52 53 en corée                                   il faisait  - 35°

                                       voir-face-z.jpg

                                       COREE  

1954 PARA   insigne- 

                              Mon brevet de premier de cordée                               2011

                                                                  76746-106333246102325-100001769493207-39663-1558860-n.jpg      

                                                             Bob Schils 

sas-tenue-2.jpg sas-tenue-1.jpg

bob-le-para-belgique-21.jpg bob-le-para-belgique-30.jpg 

              1-beret-paras-commandos-coree.jpg

              2-beret-paras-commandos.jpg

02 Octobre 1950 Formation du corps des volontaires de Corée Les volontaires reçoivent leur béret brun à l’issue de leur entrainement Corée

         Bob raconte clique sur le béret  bob-schils-decede-18juin-2003-19.jpg   histoire de Bob

                        Un peu d'histoire   La Corée

 dague-para-commando Les vétérans belges de la guerre de Corée, qui se sentent bien souvent oubliés, malgré la dureté des combats auxquels ils ont pris part et leurs 106 morts, ont toutefois laissé un souvenir durable au sein de l'armée belge: la couleur de leur béret. Ces volontaires ont en effet reçu, avant leur départ en 1951, un béret brun, caractéristique de leur unité, alors que les autres fantassins devaient se contenter d'un couvre-chef kaki, hérité des unités belges ayant servi dans l'armée britannique durant la seconde Guerre mondiale.Depuis le retour du bataillon belge, la plupart des unités d'infanterie ont obtenu le droit de porter ce béret, à l'exception notable des chasseurs ardennais, dont la coiffe est inspirée de celle des chasseurs alpins français, et des para-cvommandos, au béret respectivement vert et "lie de vin".Soixante ans plus tard après les restructurations successives de l'armée, il ne reste toutefois que trois unités au béret brun: le régiment 12ème de Ligne Prince Léopold/13ème de Ligne de Spa, le régiment Libération/5ème de Ligne et le régiment Carabiniers Prince Baudouin/Grenadiers, tous deux de Bourg-Léopold (Limbourg).

 dague-para-commando Pour nous, vu le peu de retentissement qu’elle a engendré, nous considérons que cette guerre est la « guerre oubliée » . Le Bataillon livra toutes ses opérations offensives et défensives sur un terrain très secoué,  sous un climat difficilement supportable avec des étés brûlants et poussiéreux, des hivers extrêmement rigoureux, des averses ininterrompues, de jour comme de nuit et l’envahissante et omniprésente boue de la mousson L’ennemi était fanatique, bien plus nombreux que les troupes alliées, mieux adapté au climat et coutumier des opérations de nuit ce qui exigeait des Belges une résistance psychique et physique exceptionnelle. 3171 Belges et 78 Luxembourgeois servirent en Corée Le bataillon belgo-luxembourgeois dans lequel furent incorporés de nombreux soldats sud-coréens a subi les pertes suivantes: Morts au combat : 101 Belges, Luxembourgeois et 9 Coréens ; Portés disparus : 5 Belges ; Blessés : 478 Belges.

dague-para-commando Intervention de la Belgique Le principe adopté par les Nations Unies était que toute intervention des forces de l'un de ses membres devait comprendre au moins la valeur d'un bataillon. En plus de l'effort  de réarmement de l'armée belge qui était en cours, la Belgique décida  de fournir une unité opérationnelle pour la Corée.Comme la Constitution Belge interdit l'envoi de miliciens sur des théâtres d'opérations hors frontières, le gouvernement décida la formation d'une unité de volontaires de la force d'un bataillon d'infanterie. Il faut par ailleurs noter que les mesures d'assistance décidées par la Belgique le 22 juillet 1950, prévoyaient également la participation  de trois appareils DC-4 au "Pacifique Air lift". De nombreux volontaires furent d'ailleurs transportés soit à l'aller soit au retour de Corée, par ces avions SABENA qui rentraient régulièrement en Belgique pour révision.

dague-para-commando Plus de 2000 candidats furent examinés aux Centres de sélection de Gand et de Namur et c'est le 18 septembre 1950 que les Officiers et les Sous-officiers arrivèrent au Centre des Commandos de Marche-les-Dames pour y subir un premier et rude entraînement.Le 2 octobre, les volontaires agréés, au nombre de +/- 700 rejoignirent le camp de Bourg-Léopold et le 7 octobre, l'unité de régime linguistique bilingue - un bataillon à l'organisation légèrement modifiée - reçut la dénomination de "Corps de Volontaires pour la Corée". En Corée, le commandement américain le baptisera BUNC ( Belgian United Nations Command). Peu après, le bataillon belge fut rejoint par un peloton constitué de Volontaires du Grand-Duché de Luxembourg . Le 3 novembre 1950, un drapeau lui fut attribué ; il lui sera remis solennellement le 8 novembre 1950 par le Prince Royal Baudouin .

dague-para-commandoLe Bataillon mena toutes ses opérations offensives et défensives sur un terrain difficile, très accidenté, au climat défavorable, avec des étés brûlants et poussiéreux, des hivers sibériens, des averses de 24 h et l'omniprésente boue due à la mousson. L'ennemi était fanatique, de loin  supérieur en nombre et mieux adapté au climat . Il était très actif, surtout de nuit, ce qui a exigé des Belges une exceptionnelle résistance physique et psychique

Les décorations insignes et badges...

 coree 1942 padre vandergoten bob-schils-beret-brun-coree-decede-18juin-2003-19-1.jpg

                        bob-schils-beret-brun-coree-decede-18juin-2003-19-2.jpg

dague-para-commando.gif Les vétérans belges de la guerre de Corée, qui se sentent bien souvent oubliés, malgré la dureté des combats auxquels ils ont pris part et leurs 106 morts, ont toutefois laissé un souvenir durable au sein de l'armée belge: la couleur de leur béret.

 dague-para-commando.gifCes volontaires ont en effet reçu, avant leur départ en 1951, un béret brun, caractéristique de leur unité, alors que les autres fantassins devaient se contenter d'un couvre-chef kaki, hérité des unités belges ayant servi dans l'armée britannique durant la seconde Guerre mondiale.

 dague-para-commando.gifDepuis le retour du bataillon belge, la plupart des unités d'infanterie ont obtenu le droit de porter ce béret, à l'exception notable des chasseurs ardennais, dont la coiffe est inspirée de celle des chasseurs alpins français, et des para-commandos, au béret respectivement vert et "lie de vin".

 dague-para-commando.gifSoixante ans plus tard après les restructurations successives de l'armée, il ne reste toutefois que trois unités au béret brun: le régiment 12ème de Ligne Prince Léopold/13ème de Ligne de Spa, le régiment Libération/5ème de Ligne et le régiment Carabiniers Prince Baudouin/Grenadiers, tous deux de Bourg-Léopold (Limbourg).

dague-para-commando.gifUne instruction courte mais très poussée par le réalisme des exercices,fut dirigée par des instructeurs du Régiment Para-commandos et se termina par la remise du BÉRET BRUN  qui devait devenir célèbre

dague-para-commando.gifCe béret brun s'orne d'un insigne qui symbolise les deux communautés belges: un goedendag pour les Flamands et une francisque pour les Wallons. La croisade que les Volontaires allaient accomplir est concrétisée par un heaume de chevalierbrabançon et par un écu frappé du Lion Belgique.

    Le badge Belgium paras-beret-brun-coree-belge-2.jpg orne les manches du blouson

dague-para-commando.gif Le 11 novembre 1950,le Bataillon complet défila à Bruxelles devant le Soldat Inconnu.L'instruction se termina aux camps d'Elsenborn et de Brasschaat où des exercices à balles réelles et feux de barrage furent mis sur pied.Enfin, le 18 décembre 1950,le bataillon belgo-luxembourgeois quitta le port d'Anvers pour une longue traversée sur le peu confortable Kamina pour arriver à Pusan le 31 janvier 1951

                   Son drapeau   paras-beret-brun-coree-belge-1.jpg Ces citations

dague-para-commando.gifLe drapeau  porte en lettres d'or les six citations suivantes :quatre belges, une coréenne et une américaine  IMJIN: Bataille de l'Imjin du 22 au 26 avril 1951;HAKTANG-NI: Combats du 10 au 13 octobre 1951 CHATKOL: Combats de mars-avril 1953 CORÉE-KOREA:31 janvier 1951-27 juillet 1953  Ces quatre citations  valurent au drapeau l'octroi de la fourragère de l'Ordre de Léopold.Pour sa conduite à l'Imjin, le Bataillon fit l'objet d'une citation présidentielle américaine et d'une citation présidentielle coréenne.La "Croix d'Honneur et du Mérite Militaire en vermeil  attribué au drapeau  par le Gouvernement du Grand-duché du Luxembourg lui a été remise le 27 mai 1994

                         Padre 54

 Les premiers despatchers et en dernier à droite Padré Vandergoten De eerste despatchers met uiterst rechts Padré Vandergoten

L'Esprit Para-Commando Peut-être le Padre fut-il le premier à parler de « Spirit Para »... lorsqu'il découvre la mentalité des hommes de Blondeel en 1944 et plus tard en 1946. C'est fort probable...Plus tard, il parlera de « Spirit Para-Commando ». La revue « Go or Die » a publié, en 1985, un article intitulé « L'esprit Para-Commando» qu'il a rédigé pour l'Amicale Nationale Para-Commando Vriendenkring. J’ai souvent cherché à définir cet « Esprit Para », que nous pouvons même étendre à présent à l'«Esprit Para-Commando ». Pourquoi lorsque après quelques années de vie civile (ou militaire ailleurs que chez les Para-Commandos), pourquoi, lorsque deux anciens se rencontrent, même s'ils ne se connaissaient pas avant, pourquoi aussitôt leur physionomie s'illumine-t-elle ? Pourquoi un trait d'union de confiance réciproque aussitôt s'établit-il ? Pourquoi une franche poignée de mains s'échange-t-elle, exprimant une émotion profonde, une sympathie immédiate, une compréhension telle qu’on a l'impression de s'être toujours connus, de pouvoir à priori compter l'un sur l'autre ; simplement parce qu’on a porté le même béret, réussi les mêmes tests, fait les mêmes sauts, connu les mêmes efforts, les mêmes émotions, les mêmes joies ; en un mot, parce que l'on a appartenu à la même famille « Para-Commando » et goûté au même esprit, ce fameux « Spirit ».Et me voilà comme au début de ces lignes devant la même difficulté : définir cet Esprit, expliquer le Pourquoi.J'ai essayé défaire comprendre à des amis qui n'avaient pas été chez les Para-Commandos ce qu'était cet esprit.Je n'y suis jamais arrivé.Ils croient comprendre ; ils nous assimilent à une « mafia », à des casse-cou, à des cerveaux brûlés, des aventuriers, des fonceurs, des baroudeurs, des « dikke nekken », des « m'as-tu-vu », et ainsi sans fin.Ils se trompent, ils passent à côté de la réalité vraie, celle que nous avons connue. D'abord cet « Esprit » ne se comprend que si l'on met bien en première place : notre Volontariat. Tous, nous avons librement choisi de devenir Para-Commando et nous avons tout fait, et certains au prix de combien de peines et d'efforts, pour le devenir. Cet aspect du volontariat est essentiel parce qu'il inclut dès le début une certaine gratuité dans l'effort.Nous voulions faire de notre service militaire quelque chose de valable, quelque chose qu'il nous faudrait vaincre et qui nous obligerait à nous dépasser, quelque chose dont nous pouvions être fiers. Pourquoi cette fierté ?Parce que notre volontariat est né d'une profonde admiration de nos Anciens du temps de guerre, une admiration de leurs exploits, de leurs vertus, de leur type d'homme. Je crois que cette admiration, inconsciente parfois, est inséparable de notre engagement.Rappelez-vous combien de votre temps déjà, et cela est encore le cas maintenant chez les recrues d'aujourd'hui, vous aviez peur que votre entraînement soit moins dur que celui des anciens, combien vous n'aimiez pas certains qui vous taquinaient en disant : « ...de notre temps, c'était plus dur... ».Volontariat donc, qui sous-entend une certaine gratuité, mais aussi une réelle admiration pour un type d'homme ; et ce type d'homme, nous l'avons admiré, nous l'avons vu, nous l'avons respiré pendant tout notre passage au Régiment. Nous l'avons trouvé chez nos anciens, nous l'avons trouvé chez nos chefs à tous les échelons, officiers, sous-officiers, caporaux, soldats de carrière et aussi chez tous nos égaux, les soldats miliciens de notre époque.Ce type d'homme, il fallait l'être pour devenir Para-Commando et surtout pour le rester. Je le définirais ainsi : une grande soif de vérité, être authentique, être vrai, pas de place pour de faux durs. Quelle joie de pouvoir être soi-même, de se découvrir parmi tous ces gars, généreux, courageux, audacieux malgré la peur. Vrai jusqu'à ne pas cacher sa peur, ses découragements, ses fatigues. Cette vérité-là fait tomber toutes les barrières.C'est le Maréchal Foch qui disait : « Que chacun soit profondément ce qu'il est, et alors on peut causer ».C'est cette vérité-là qu'inconsciemment, on souhaiterait et quelle joie de découvrir petit à petit que l'on pouvait être soi-même au milieu des autres, avec nos faiblesses, avec nos problèmes et nos difficultés ; mais que nous n'étions pas seuls à les éprouver ; nous pouvions partager, nous sentant compris d'avance. Quel bain silencieux de Vérité !Certains se sont parfois étonnés de m'entendre dire qu'il fallait être humble pour être Para-Commando : je le réaffirme, car ce souci de vérité-là exige l'Humilité, c'est-à-dire la reconnaissance toute simple de ce que l'on est, ni plus ni moins. Ce type d'homme-là assoiffé d'authenticité est aussi un homme au cœur d'or. C'est encore une caractéristique essentielle de l'esprit Para-Commando. On lui fait confiance parce qu'on devine un cœur d'or, un type bon, tourné naturellement vers les autres. Le cœur sur la main, prêt à aider de toutes les manières, dans toutes circonstances. Que de fois, recevant comme aumônier, des parents d'une petite fiancée, ces parents apeurés parce que leur fille s'était éprise d'un Para ou d'un Commando, que défais ne les ai-je pas rassurés ; en pouvant leur dire que leur enfant avait très bien choisi, car elle avait découvert un gars «capable d'aimer ».Le courage, l'audace, le dépassement de soi dans l'effort sous-entendent cette générosité-là. Il ne va pas loin, le gars qui ne pense qu'à lui-même. S'il est soutenu par un orgueil démesuré, cela tient un temps ; mais bien vite on laisse tomber les bras, si ne n 'est que pour soi. Par contre, si c'est pour quelqu'un que l'on aime, lorsque l'on a le cœur bien placé, on va jusqu'au bout, jusqu'à l'héroïsme même. Le type qu'inconsciemment vous admirez, est un type de cet ordre, un type le cœur sur la main. Dois-je encore continuer à chercher à définir l'esprit Para-Commando après cela ? L'essentiel y est, le reste nous unissait déjà automatiquement : goût du sport et vie physique intense, goût du risque aussi, qui va avec la générosité d'ailleurs. Courage et opiniâtreté, capacité de mordre sur sa chique pour réussir, pour ne pas décevoir, pour arriver.Quel bain parfois âpre d'efforts, de volonté, de maîtrise de soi. Ce type d'homme que nous désirions être et que nous admirions sans le savoir, nous le retrouvons dépeint par Kipling dans son merveilleux poème où il chante l'équilibre parfait. Ce poème aurait sa place ici parce que la maîtrise de soi et l'équilibre - « Savoir conserver son courage et sa tête quand tous les autres la perdront » - qui y sont chantés, font partie intégrante de l'esprit Para-Commando. Mais ce que je tiens à ajouter encore pour préciser ce type d'homme que nous aimons et dans lequel nous nous reconnaissons, outre cette grande vérité, outre ses qualités de cœur faites de Bonté et de Générosité, il faut encore ajouter une solide dose d'Humour pour comprendre tout l'attrait de ce « Esprit ». Cet humour qui fait qu'on ne se prend pas au sérieux, qu'on peut sans contrainte se moquer et rire de soi-même, ainsi que laisser les autres rire de nous.Cet Humour qui fait que l'on rit toujours de peur de se croire important, que l'on sourit toujours car en toutes choses, même dans les pires, il y a toujours un aspect heureux qu'il suffit de percevoir et capter pour maintenir sa bonne humeur, son courage et son allant.La Force du sourire, la Puissance du rire, l'art de se moquer de soi pour se surpasser continuellement :« Plus est en toi » nous rappelait le Colonel Blondeel.Le « Spirit », c'est d'avoir cru et de croire que l'on est inépuisable ! Salut les copains ! Non, vous valez mieux que cela ! Bonjour les Amis !

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×