Parachutiste camp Kota Koli, Bigogwe Etienne Cooverits 61/62

                                 ik-zelf-te-gitega-op-maneuver-in-de-brousse-1962.jpg

                                      Class  61 62

Coorevits Etienne. Bonjour Marc, Je suis désolé mais "Bob Schils" cela ne me dit rien.Pour ce qui est des photos, pas de problème. Tu peux aussi te renseigner sur mon blog

                 afrique-congo-belge-1950-3.jpg

                             para-congo-1.gif

   cooverits-para-cpngo-1961-14.jpg

   cooverits-para-cpngo-1961-12.jpg

   cooverits-para-cpngo-1961-10.jpg 

   brevet-van-parachutage-van-para-cdo-coorevits-richard-met-opperatie-sprongen-uit-c119-dakota-19591960.jpg cooverits-para-cpngo-1961-13.jpg

                                      Nyanza  au Congo

       coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-16.jpg

                    coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-15.jpg

                     Il faut se familiariser avec ce nouvel environnement.

   moustique2.gif    Les serpents, insectes,araignées,deviennent notre quotidiens.

coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-1.jpg coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-5.jpg

        Les piqûres de moustique, malaria etc... Les magnifiques coucher de soleil

coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-10.jpg coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-4.jpg 

     La chaleur lourde et intenable 78eaoyhz.gifet vers midi la sieste obligatoire.

coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-3.jpg coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-14.jpg

                 La brousse - les matitis ...  element-feux-00016.gif  Traversée de rivières

ik-zelf-te-gitega-op-maneuver-in-de-brousse-1962.png coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-13.jpg 

                    coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-2.jpg

        A Kamina: Durant plus de trois années les détachements vont se succéder..

coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-9.jpg coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-19.jpg 

coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-21.jpg coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-26.jpg

                   coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-25.jpg

La Base de Kamina : Les Paras commandos et l’école avancée de pilotage (EPA) de la Force Aérienne Scène inoubliable pour les milliers de jeunes Para- commandos Après les deux semaines de navigation à bord du TNA Kamina Les premiers éblouissements de l'Afrique, cinq heures d'avion entre Kitona et Kamina puis six mois d'aventures sous formes d'exercices incessants dans la brousse et des parachutages ''de propagande'' un peu partout au Congo où systématiquement, les Grands centres reçoivent un parachutage en spectacle.

                   coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-20.jpg  

       coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-28.jpg                 coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-24.jpg 

                   coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-22.jpg  

* Parachutages Un peu partout au Congo où systématiquement, les Grands centres reçoivent un parachutage en spectacle et qui plus tard se révélera payante lorsque la simple vue des Para commandos descendant du ciel suffira à calmer des mutins ou des populations que l'indépendance avait rendus en beaucoup d'endroits passagèrement irresponsables.

                    coorevits-etienne-te-usumbura-19611962.jpg

                 cooverits-para-cpngo-1961-11.jpg 

sectie-1ste-en-3de-paracdo-1ste-com2de-peleton-classe-december-1958.jpg sectie-1ste-en-3de-para-cdo-1ste-com-2de-peleton-classe-december-1958-1.jpg

 c141left.gifc141left.gifc141left.gif

sectie-1ste-en-3de-para-cdo-1ste-com-2de-peleton-classe-december-1958.jpg sectie-1ste-en-3de-para-cdo-1ste-com-2de-peleton-classe-december-58.jpg

* L’aérodrome long de trois kilomètres pouvait accueillir les avions les plus lourds et à proximité de la plaine de saut de Kartala et pour l'entraînement des paras- commandos qui y avaient installé un centre d'entraînement de parachutage. A fin de les familiariser avec ce nouvel environnement la brousse Katangaise ( Des safaris- Exercices de survie- Des sauts)

sectie-1ste-en-3de-para-cdo-1ste-com-2de-peleton-classe-december-1958-2.jpg cooverits-para-cpngo-1961-16.jpg

Text 6

cooverits-para-cpngo-1961-23.jpg cooverits-para-cpngo-1961-20.jpg

cooverits-para-cpngo-1961-21.jpg cooverits-para-cpngo-1961-1.jpg

cooverits-para-cpngo-1961-15.jpg cooverits-para-cpngo-1961-3.jpg 

cooverits-para-cpngo-1961-5.jpg cooverits-para-cpngo-1961-6.jpg

cooverits-para-cpngo-1961-8.jpg cooverits-para-cpngo-1961-17.jpg

                    coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-23.jpg

                    1102955-0a35ea4882ecccd4c1897c5001b8aef9.jpg

                                                                                  Usumbura

                    ruanda.jpg

     coorevits-etienne-met-vriend-tanganica-meer-te-usumbura-1961-1962.jpg               cooverits-para-cpngo-1961-9.jpg

kamina-19591960.jpg cooveriets.jpg

                    cooverits-para-cpngo-1961-22.jpg

cooverits-para-cpngo-1961-7.jpg coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-12.jpg 

                                  Camp de survie

 camp-de-survie-congo-1961-33.jpg landing-te-usumbura-19611962.jpg

                    camp-de-survie-congo-1961-19.jpg 

camp-de-survie-congo-1961-21.jpg camp-de-survie-congo-1961-10.jpg  

camp-de-survie-congo-1961-1.jpg camp-de-survie-congo-1961-5.jpg

                    camp-de-survie-congo-1961-6.jpg

 camp-de-survie-congo-1961-11.jpg camp-de-survie-congo-1961-13.jpg

 camp-de-survie-congo-1961-14.jpg camp-de-survie-congo-1961-16.jpg

 camp-de-survie-congo-1961-20.jpg camp-de-survie-congo-1961-31.jpg

                    camp-de-survie-congo-1961-22.jpg

               camp-de-survie-congo-1961-35.jpg

                   camp-de-survie-congo-1961-34.jpg

                   camp-de-survie-congo-1961-39.jpg  

camp-de-survie-congo-1961-40.jpg camp-de-survie-congo-1961-51.jpg 

camp-de-survie-congo-1961-57.jpg camp-de-survie-congo-1961-63.jpg

                    camp-de-survie-congo-1961-64.jpg

camp-de-survie-congo-1961-70.jpg camp-de-survie-congo-1961-66.jpg

camp-de-survie-congo-1961-80.jpgcamp-de-survie-congo-1961-4.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-3.jpg camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-14.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-2.jpg camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-6.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-11.jpg camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-12.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-13.jpg camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-21.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-8.jpg camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-10.jpg 

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-1.jpg camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-4.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-15.jpg camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-23.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-9.jpg camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-16.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-17.jpg camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-18.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-20.jpg camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-24.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-25.jpg camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-19.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-22.jpg para-commando-camp-de-survie-congo-1961-1.jpg

para-commando-camp-de-survie-congo-1961-2.jpg para-commando-camp-de-survie-congo-1961-3.jpg

para-commando-camp-de-survie-congo-1961-1.png para-commando-camp-de-survie-congo-1961-4.jpg

                    para-commando-camp-de-survie-congo-1961-5.jpg

                    para-commando-camp-de-survie-congo-1961-6.jpg

para-commando-camp-de-survie-congo-1961-7.jpg para-commando-camp-de-survie-congo-1961-8.jpg

para-commando-camp-de-survie-congo-1961-9.jpg para-commando-camp-de-survie-congo-1961-11.jpg

para-commando-camp-de-survie-congo-1961-10.jpg para-commando-camp-de-survie-congo-1961-12.jpg

para-commando-camp-de-survie-congo-1961-13.jpg para-commando-camp-de-survie-congo-1961-14.jpg

camp-de-survie-congo-la-gamelle-1961-5.jpg para-commando-camp-de-survie-congo-1961-15.jpg

para-commando-camp-de-survie-congo-1961-16.jpg para-commando-camp-de-survie-congo-1961-17.jpg

para-commando-camp-de-survie-congo-1961-18.jpg para-commando-camp-de-survie-congo-1961-19.jpg

para-commando-camp-de-survie-congo-1961-20.jpg para-commando-camp-de-survie-congo-1961-21.jpg

                     para-commando-camp-de-survie-congo-1961-22.jpg  

                             Survie para-congo-2.gifTémoignage d'un vétéran

Camp d'entrainement Commandos de Kota Koli  (Zaire ) et de Bigogwe (Rwanda) 

* La première rconnaissance du site de Kola-Kali fut menée par le capitaine Gaston Bebronne détaché du Centre de Marche-les-Dames Kota-Koli dresse au milieu d'une savane épaisse, à 18 kilomètres de la frontière entre la République Démocratique du Congo et la République Centre Afrique. 

* Avant 1960:Il existait à la Base de Kamina un camp où s'entraînaient les mil belges du Régiment Para commando y était organisée la fameuse épreuve de survie en brousse. Ceci avait été imaginé et mis sur pied par des commandos et terminé depuis 1960 Des milliers de Para-commandos qui ont eu la chance d'effectuer le fameux exercice ''Survie'' le doivent au capitaine Jean Militis ''parachutés dans la savanne à peine au sol après un drill d'évacuation rapide d'un avion simulé en difficulté. Nous étions aussi théoriquement en territoire ennemi nous étions obliger d’éviter les agglomérations.

* Les hommes se retrouvent au sol par équipe de dix.Ils doivent progresser pendant dix jours à travers savane en dehors de tout itinéraire connu, sans possibilité aucune de rencontrer des villages, des routes, ni même des pistes.Pour tout bagage , ils disposent de l'armature d'tan Bergman - d'un sac de couchage  d'un imperméable en saison des pluies. de deux gourdes. d'un canif,d'une gamelle, d'un fusil et de trente cartouches. de sel, de quinine et d'hala zone.Chaque homme revêt sa tenue de brousse porte un chapeaux mais ne possède ni vêtements de rechange , nécessaire de toilette, nourriture, cigarettes, emporte une ration conditionnai scellées à n'ouvrir qu'en cas de nécessité absolue. Une inspection sévère est effectuée avant le départ pour contrôler si chacun respecte les règles. Aucun ravitaillement  obligé de se nourrir de ce que nous allions trouver gibier, plantes….

* Les Para-commandos sont accompagnés de guides indigènes chargés de leur enseigner l'art de se nourrir de produits comestibles ( chasse –pêche)  Le 5ème jour au seul point de l'itinéraire franchissant une piste carrossable. l'équipe continue l'épreuve avec un seul guide indigène .Nous avions des machettes très utile pour se créer un passage dans certaines galeries forestières construire sa hutte et  couper son bois pour cuire la viande lorsque la chasse a été bonne. Pour s’orienter le chef d’equipe emporte une boussole et un croquis au 1/200.000 de la zone très vite on constate que nos boussoles ne servent a rien étant dans une région riche en minerais de fer.Pour nous repérer nous avions au loin un arbre assez caractéristique mais nous le voyions seulement quand nous étions sur une colline Nous devions souvent de notre route les herbes faisant plus de trois mètres de haut il fallait regrimper dans les arbres pour corriger notre trajectoire plutôt fantaisiste dans cette brousse.Pour s'orienter utiliser aussi la position du soleil Militis a tout prévu pour mettre le moral des Paras a l'épreuve.L'instructeur peux conseiller mais aussi prendre le rôle de démoralisateur et prévoir des épreuves insurmontables

* Pour se nourrir nous rajoutons des petits morceaux de viande allait agrémenter la soupe de tembo-tembo, herbes à éléphant et de voumba-voumba, autre plante comestible renseignée par notre guide africain que nous allions manger pendant 10 jour une fois la soupe cuite, nous retirions le morceau de viande pour la soupe suivante pendant que nous essayions d'avaler cet infâme brouet, l'instructeur lui avait des vivres se préparait un bon repas dont l'odeur venait chatouiller nos narines il partageait son repas avec le guide et comme si cela n'était pas suffisant il allumait une cigarette Il  y avait tout ce qu'il faut pour faire un repas, pour fumer dans cette boîte de ration dans notre sac avec la défense d'en briser les scellés sous peine de rater la survie. 5ème jour, nous arrivions à un point de contrôle un médecin nous examinait et décide si nous pouvions continuer ou non. L'instructeur lui nous quittait, fini de nous tenter avec ses repas et ses cigarettes. Le guide africain continuait avec nous, et comme il ne pouvait plus profiter des vivres de l'instructeur et qu'il était soumis au même régime alimentaire que nous, il commença à nous procurer des champignons pour agrémenter notre soupe et surtout il nous dénicha des thermites. Nous chauffions nos gamelles à blanc et après avoiarraché la tête et les ailes des thermites nous les jetions dedans pour bien les rissoler Les fruits  petites oranges sauvages vraiment trop amères pour que nous puissions les manger leur jus servait à masquer le goût infâme des cachets que l'on mettait dans nos gourdes pour rendre l'eau potable 10 ème jour C'était la fin mais savions pas que moralement se serait le plus dur.

* Nous arrivions enfin sur une piste et pensions que les derniers kilomètres seraient un jeu d'enfant. Mais là, des instructeurs nous attendaient et nous devions rendre nos sacs avec tout le matériel, y compris la boîte de ration scellée, nous avions même du remettre nos montres, nous gardions juste une gourde d'eau et notre fusil. En avant marche, si la progression était plus facile sur la piste que dans la brousse, après avoir marché 9 jours dans des terrains mous le choc de nos pas sur la terre tassée finis par nous faire mal aux chevilles. Brusquement à un tournant de la piste nous voyions les camions, encore 1 km et c'était fini, mais arrivés à 100 m des camions, ceux-ci redémarrèrent et disparaissaient derrière un tournant de la piste. A ce moment un indigène se trouvant le long de la piste nous tendis une tartine, nous passâmes stoïquement devant lui en essayant de l'ignorer, car les instructions étaient bien claires, pas de contacts avec quiconque avant la fin de l'exercice. Et le pire restait à venir, à la sortie d'un tournant de la piste, nous voyions des tables dressées avec de la nourriture exposée en abondance et comble de tentation Pas question de succomber, la survie serait finie quand nous aurions atteint les camions. Nous marchâmes encore plus ou moins 4 kilomètres pour atteindre ces foutus camions. Là, nous devions resserrer nos bretelles et faire du drill pendant 15 à 20 longues minutes. Enfin, on nous donna un peu de riz et un petit pain, dont nous ne pûmes manger que la moitié et une cigarette dont la fumée nous fit tourner la tête.

Objectif atteint, j'avais perdu 10 kilos en 10 jours mais nous avions réussi notre opération survie.                                       

 

A voir nos Paras Commandos au Congo para-commando-belge-1954-congo.gif 

                                           clique sur l'image animée

coorevits-etienne-te-nyanza-lac-1961-1962-11.jpg belgique.jpg

                    een-sectie-klaar-om-in-het-vliegtuig-te-gaan-springen-uit-de-dakota.jpg 

2de-foto-van-de-16-km-test-rode-muts-ik-loop-vooraan-links.jpg cooveriets-coree-44.jpg

  16km test rode muts ik loop vooraan links               

                     cooverits-para-cpngo-1961-24.jpg

diverse-fotos-de-ramp-met-de-c-119-te-detmold.jpg para-cdo-coorevits-etienne-met-zijn-eerste-zoon-stephan-mijn-oudste-zoon-heeft-nu-al-47-jaar-en-heeft-4-kinderen-1-meisje-en-3-jongens.jpg

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site